Chanteur Edith courte vie de Piaf a été marquée par la douleur de la polyarthrite rhumatoïde

On peut dire que Edith Piaf, la sensation de la chanson française qui est passé d’une vie de pauvreté et une existence de Footloose pour devenir une actrice et chanteuse de renommée internationale, a vécu la vie sur ses propres termes. En effet, une de ses chansons les plus célèbres était « Non, je ne regrette rien », ce qui se traduit par « Je ne regrette rien. » Cette philosophie aurait pu appliquer à son approche de la vie avec la polyarthrite rhumatoïde (PR), entre autres maladies.

Enfance et de la maladie précoce

Edith Piaf est née Gassion en 1915 dans le quartier de Belleville de Paris à une mère qui l’a abandonnée bientôt; elle vivait avec sa grand-mère maternelle, puis avec sa grand-mère paternelle dans le bordel de ce dernier. Son père était un acrobate de rue et artiste de cirque. Adolescent, Piaf chantait dans les rues parisiennes pour de l’argent.

La maladie est un problème permanent pour Piaf. Une infection de la cornée de l’enfance a donné sa mauvaise vue. Elle a ensuite traité, à 17 ans, avec le stress d’avoir un enfant, une fille qui est morte d’une méningite à 2. « Il a été l’un des temps que nous ayons jamais pourrie a traversé », écrit son ami Simone Berteaut, qui recueillerait l’argent des passants comme Piaf chante dans la rue.

Peu après, elle a perdu son enfant, le propriétaire du night-club parisien Louis Leplée a découvert le chanteur et l’a engagée, à 20, pour effectuer à son établissement. Leplée son nom baptisa avec le stade de Piaf, ce qui signifie « moineau. »

Devenir une célébrité, obtenir un diagnostic de RA

En tant qu’interprète, a rencontré de nombreux admirateurs Piaf, et elle cultive des relations avec le dramaturge Jean Cocteau et le poète Jacques Bourgeat, ainsi que de nombreux chanteurs de l’époque dont elle servi de mentor et daté. Carolyn Burke, qui a écrit le livre No Regrets: La vie d’Edith Piaf, a noté que l’amour de sa vie a été le boxeur français marié Marcel Cerdan, qu’elle a rencontré en 1948. Mais quand Cerdan est mort dans un accident d’avion en route pour visiter Piaf un an plus tard, le chanteur a commencé à utiliser des analgésiques comme la morphine pour traiter la douleur de l’arthrite rhumatoïde, diagnostiquée dans le même temps. Au milieu des années 50, après plusieurs accidents de voiture, son utilisation anti-douleur était devenue une dépendance.

Faire face à la douleur et d’autres symptômes RA

Comme Burke a écrit dans un article pour le Telegraph, « Certes, elle était déjà un buveur – et avait été envoyé à une clinique pour la thérapie d’aversion – mais il est clair qu’à ce stade, elle a aussi bu comme une sorte d’automédication pour sa douleur arthritique. Le résultat a été que les dommages causés à son foie hâta le début du vieillissement, de sorte qu’en fin des années 1950, elle avait 20 ans de plus qu’elle était en fait « .

L’alcool et l’usage de drogues a aidé Piaf à faire face à une série de plusieurs maladies, incluant la malnutrition, les ulcères, la tuberculose, la pancréatite, l’hépatite, et enfin, le cancer du foie, en plus de l’arthrite rhumatoïde, selon un article publié dans le New Yorker.

«J’ai eu un besoin irrésistible de me détruire », dit-elle peu avant sa mort en 1963 à l’âge de 47. Écrivant dans The New Yorker, Judith Thurman a appelé Piaf « probablement le plus connu et le plus aimé chanteur populaire dans l’histoire française et l’un des rares à devenir un nom familier en Amérique « . Libre de la douleur qu’elle a souffert dans la vie, la voix de Piaf vit, des décennies après sa mort, en particulier avec un autre de ses chansons, « La Vie en Rose », qui est devenu le titre d’un de plusieurs films sur sa vie, y compris celle en 2007 pour lequel Marion Cotillard a remporté un Oscar de la meilleure actrice.

» Santé des articulations » Chanteur Edith courte vie de Piaf a été marquée par la douleur de la polyarthrite rhumatoïde